Le front républicain se fissure

Je n'ai jamais été du camp des macronistes, trop libéraux pour moi, trop déconnectés, trop cyniques. Mais je les pensais républicains. C'est pour cette raison que l'expression «dictature macroniste» m'a toujours semblée ridicule. Jusqu’à ces dernières législatives.

Entre Amélie de Montchalin qui appelle “les républicains de gauche et de droite à faire barrage dimanche à l’extrême-gauche” et sa collègue Roxana Maracineanu qui invoque le barrage républicain face à son adversaire Nupes, Rachel Kéké, femme de ménage sous payée qui a mené la grève de l’hôtel Ibis Batignolles, la panique s'est emparée des pontes de la macronie.

Je souhaite que ce soit la panique, voire un calcul électoral bas et cynique (en appeler au front républicain pour se faire élire, le même front qui a poussé des millions d'électeurs de gauche – dont moi – à mettre du bout des doigts un bulletin merdeux pour Macron face à la candidate du RN) qui leur fasse dire de telles âneries.

Au final, une Amélie de Montchalin ou une Roxana Maracineanu ne seront pas réélues et vont dégoûter les électeurs de gauche de faire barrage. Ce qui pourrait amener le pire en 2027.